Adopter une politique de développement des friches urbaines

Loading ... Loading ...

Pourquoi s’intéresser aux friches urbaines ?

Densifier pour limiter l’étalement urbain implique de construire la ville sur la ville. Si parfois la densification implique de détruire des édifices existants au profit de nouveaux, elle se traduit surtout par une optimisation des terrains existants. La notion de friches urbaines regroupe les terrains et bâtiments abandonnés ou dévitalisés, d’anciennes emprises (réseaux électrique, ferroviaire…), ou encore des espaces jamais urbanisés et laissés en friche. Par leur localisation dans des secteurs urbanisés, elles constituent des opportunités de développement intéressantes pour les villes. Cependant les coûts reliés à leur revitalisation (destruction, décontamination…) en font des défis parfois difficiles à relever.

Il est pourtant primordial de s’occuper de ces terrains, car ils sont généralement des “plaies urbaines”, en ce sens qu’ils nuisent à la qualité de vie du secteur qu’ils occupent et participent à ce qu’on appelle l’effet de barrière. Leur utilisation, que ce soit pour construire (logements, commerces…) ou pour y aménager un espace public, a généralement un effet positif. De nuisibles, elles deviennent des éléments contribuant à la vie et à l’activité du quartier qu’elles occupent.

Étant donné que la valorisation de friches est une opération délicate et coûteuse, la mise en œuvre d’une politique de développement de celles-ci doit s’accompagner de mesures facilitant les démarches : abattements de taxes, prise en charge d’une partie des coûts, assouplissements règlementaires…

Les commentaires sont fermés.