Mettre en place des mesures pour favoriser l’autopartage

Loading ... Loading ...

L’autopartage, un premier pas vers une mobilité non dépendante de l’auto !

Le Québec figure parmi les leaders mondiaux en matière d’autopartage, grâce à Communauto, le premier système d’autopartage à avoir vu le jour en Amérique du Nord, qui compte plus de 20 000 membres, et environ 1000 véhicules. Le fonctionnement est des plus simples : l’abonné réserve une auto, l’utilise, et paye en fonction de la durée d’utilisation et de la distance parcourue. Le coût, pour une utilisation modérée, est proche du coût d’utilisation réelle d’une auto. Ce service permet donc d’avoir accès à une auto pour ceux qui n’en ont pas, ou qui décident de se départir de leur véhicule.

Ce service permet d’optimiser l’utilisation des automobiles, lesquelles restent stationnées en moyenne 90 % du temps. Or, on estime qu’un véhicule partagé peut remplacer 8 véhicules privés. D’autre part, les abonnés parcourent en moyenne 2900 km de moins en voiture après leur adhésion. Cette réduction globale laisse entrevoir un autre effet de l’autopartage : le choix du mode de déplacement est généralement plus réfléchi, d’autant plus que le fait de payer à l’utilisation permet d’avoir une meilleure connaissance de ce que coûtent réellement nos déplacements.

Sources
Communauto, 2006. Le projet auto+bus – Évaluation d’initiatives de mobilité combinée dans les villes canadiennes. (PDF)
Wired, septembre 2006. Mitchell Joachim: Redesign Cities From Scratch.

Commentaire (1)